Le troupeau de Roger

Une pratique pastorale en Luberon

RP44

Neuf

Un savoir-faire de berger en Provence…

EN DISTRIBUTION CHEZ LA BONNE MAISON CARDÈRE

Préface de Élisabeth Lécrivain, ethologue à INRAe
Photos N&B de Sophie Gunther et d'Arnoult Seveau
182 p., 13,5x20, ép. 15 mm, pds 230 g
Juillet 2021, isbn 9782957053018

Plus de détails

18,00 €

En savoir plus

Roger Jouve, personnalité emblématique de la région, a passé sa vie à garder ses brebis dans les collines du Luberon et le lit majeur de la Durance. Pour cette nouvelle collaboration, Arnoult Seveau lui a demandé de partager sa pratique pastorale et ses astuces de berger.

Dans l’ouvrage, illustré par la photographe Sophie Gunther, Roger, bientôt 85 printemps, raconte avec sa verve inénarrable comment est née sa passion des brebis, l’accompagnement des bêtes au pâturage, le dressage et l’utilisation des chiens, les soins aux animaux, comment se déplace un troupeau en fonction du relief et de la végétation, ses choix de parcours au fil des saisons. Il explique les soucis du berger, les moments de solitude, les gestes qu’il fait pour aider les « mères » pendant l’agnelage, les dangers pour les bêtes, pourquoi il utilise les sonnailles, comment il choisit ses bâtons et nous révèle, parmi bien d’autres choses encore, certains secrets de berger.

Au fil des pages, Roger Jouve nous fait découvrir un monde de signes, d’interdépendances et parfois même de complicité, entre ses brebis, ses chiens et lui-même. Avec ses mots simples et chantants, Roger nous emporte vers des visions calmes et apaisantes de son troupeau bien étalé qui se « régale » dans un vallon boisé du Luberon ou un isclon de Durance, et convie sans peine le lecteur à ce spectacle « magnifique ».

Roger nous offre là, avec son humilité proverbiale, une leçon d’élevage où la confiance, le respect de l’intelligence naturelle des bêtes et l’attention réciproque fonctionne davantage que la contrainte et la brutalité. Des mots qui résonnent singulièrement à une époque ou chacun se pose la question des limites de sa propre « liberté ». Une certitude : après avoir lu ce témoignage unique, vous ne regardez jamais plus un troupeau de brebis, un berger et ses chiens comme avant.

La presse en parle