Sciences sociales. Regards sur le pastoralisme contemporain en France

RP10

Neuf

Entre l’approche technicienne et les expertises des sciences sociales, une complémentarité garante de la pérennité économique et culturelle du pastoralisme…

Premières pages

Un livre de 144 pages au format 200 x 260, imprimé en noir sur coucvhé mat 90 g, ép. 11 mm, pds 330 g
Juin 2009 - isbn 9782914053501

Plus de détails

20,00 €

En savoir plus

Système de production ancré dans la modernité, le pastoralisme est un fait culturel héritier d’une longue tradition. Les Sciences Humaines et Sociales en ont développé diverses approches, et analysent de façon variée les pratiques et les stratégies des éleveurs et des bergers qui guident aujourd’hui l’exercice de leur métier.
Sur le terrain, les chercheurs en Sciences Humaines et Sociales nouent des relations avec les acteurs du pastoralisme : bergers, éleveurs, tondeurs, maquignons, techniciens… Ce sont des personnes ressources directes (réunions, commissions, rapports) ou indirectes (publications scientifiques, ouvrages de vulgarisation) pour les techniciens pastoraux, mais aussi pour les élus locaux, les musées et institutions apparentées, les Parcs nationaux et Parcs naturels régionaux, etc.
Grâce à leurs recherches qui éclairent les problématiques majeures du pastoralisme sous des angles originaux, complémentaires des diagnostics techniques, ils peuvent faciliter la décision dans le cadre des programmes et des réflexions institutionnelles cherchant à encadrer, orienter et valoriser l’exercice des métiers pastoraux. Ils sont aussi le trait d’union entre les praticiens pastoraux et la société civile : une médiation utile en des temps où les pratiques pastorales sont remises en cause (mitage des territoires, protection des prédateurs, conflits d’usage de l’espace montagnard, nouvelles normes de production…).
En croisant dans son séminaire annuel ces divers regards sur le pastoralisme contemporain en France, l’Association Française de Pastoralisme établit, entre l’approche technicienne et les expertises des sciences sociales, une complémentarité garante de la pérennité économique et culturelle du pastoralisme.